*

La série n'est pas diffusée présentement

Épisode : Éros et Thanatos

Performance

A. J Dirtystein

Explorez

Biographie

A. J Dirtystein est une plasticienne et une performeuse qui vit à Toulouse, en France. Elle est aussi docteure en littérature française, francophone et comparée de l’Université Bordeaux Montaigne, et se définit comme féministe prosexe et un peu sorcière.

Dans des œuvres qui alternent performance, photographie, vidéo et peinture, A. J Dirtystein articule un questionnement autour des thèmes de la représentation, de l'incarnation et de la transgression du corps féminin en performance. Son esthétique, inscrite dans le courant post-porn, est centrée sur le corps et soulève notamment des questionnements politiques. Elle souhaite l’abolition des tabous sur la souffrance et la sexualité.

Dans ses performances Accords perdus, Post-érotisme ou dans ses vidéos Don’t pray for us et Pagan variations, A.J Dirtystein puise au rituel païen et interroge l’inconscient collectif. Entre sublime et abjecte, l’artiste présente des archétypes qui repoussent les limites physiques et psychiques, et bouleversent ainsi les représentations trop cloisonnées du féminin. Renversant les valeurs judéo-chrétiennes, elle propose un message radical qui prône la liberté individuelle et charnelle, la diversité des corps, l’amour et les sexualités plurielles.

Les œuvres d’A. J Dirtystein ont été exposées ou performées dans différentes villes en France, à Montréal, à Berlin et à San Francisco.

L'érotisme, c'est...

« Tout ce qui est lié à ce que l’on ne voit pas. Je pense que l’érotisme est indissociable du désir de vouloir voir, de vouloir aller plus loin. Et j’ai l’impression que j’ai développé un érotisme qui est spirituel, parce que les choses qu’on ne voit pas, j’ai voulu les mettre en lumière. Dès qu’on essaie de parler à l’âme et qu’on est dans une sorte de transcende de l’être – dépasser l’artificiel, l’évident de ce que l’on voit – j’ai l’impression qu’on est dans un érotisme. Du coup, je vois de l’érotisme partout! »

 

Les corps minorisés m’intéressent énormément, tous les corps qui n’ont pas forcément leur place et une légitimité de parole dans la société. Et j’en suis venue à essayer de voir comment on pouvait leur rendre cette légitimité, grâce à l’image, à la performance, à la photographie. Et comment on pouvait laisser de la place à ces corps qui n’en ont pas forcément dans les médias, la télé, la publicité et même dans l’éducation.

Oeuvres

Voici une sélection des œuvres de l’artiste. Cliquez sur une image pour la voir en mode plein écran.

La mort est quelque chose qui est énormément tabou dans notre société. On n’a pas le droit de mourir. Mais on n’a pas le choix, en fait. Je pense au suicide, évidemment, mais aussi à l’euthanasie. Ça m’interroge. Pourquoi on est contraints de vivre avec certaines règles, certaines normes et un certain cadre, mais on n’a même pas le droit de choisir comment on veut mourir? 

Quelle œuvre d’art appréciez-vous le plus ?

Il y en a trop! Mais peut être Balkan Baroque de Marina Abramović. J'adore aussi le Cremaster Cycle de Matthew Barney, la série des Closed Contact de Jenny Saville.

 

Quel est votre artiste préféré ?

C'est par période. Je change tout le temps de préféré. En ce moment c'est Rubens, car je me remets à peindre.

 

Si vous n’étiez pas artiste, vous seriez...

Nonne ou pianiste. Si je n'avais pas été artiste, je serais rentrée dans les ordres et me serais mariée avec Jésus. C'est l'art qui m'en a finalement dissuadé, je pense. À cette époque, je parlais aussi de devenir pianiste professionnelle, mais je n'aurais joué que du Bach!

Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout ?

L'autorité.

Avec qui aimeriez-vous prendre un verre ?

Avec Alejandro Jodorowsky! J'aimerais lui tirer les cartes.

 

Le post-porn est un art qui décide de briser les frontières, qui décide de briser les dichotomies qu’il peut y avoir entre le féminin et le masculin, la théorie et la pratique, l’intérieur et l’extérieur, le conscient et l’inconscient, etc.

Lieu de tournage

Montréal / Québec

Rencontre avec l'artiste le 23 avril

Dans mon travail, il y a aussi un rapport inconscient avec la religion, du moins avec la moralisation que la religion a laissée en héritage à notre culture.

Inspirations

  • Quel artiste vous a le plus influencée et pourquoi ?

    Ron Athey, Marina Abramović, Frida Kahlo, les Actionnistes viennois, Annie Sprinkle. Parce qu'ils savent faire de leur corps le sanctuaire de tous les possibles.

     

Voir d'autres carnets d'artistes

UNE EXPÉRIENCE SENSORIELLE À EXPLORER DU BOUT DES DOIGTS