La série n'est pas diffusée présentement

Épisode : Éros et Thanatos

Photographie

André Chabot

Explorez

Biographie

Né en France en 1941, André Chabot est tout à la fois photographe, plasticien, auteur, conteur, journaliste, professeur de lettres et concepteur de monuments funéraires. En fait, l’homme est un collectionneur fasciné par le patrimoine funéraire et se définit lui-même comme un promeneur nécropolitain. Tout son travail procède d’un désir d’exorciser la conscience tragique de la mort.

Depuis près d’un demi-siècle, André Chabot arpente les villes du globe et photographie en noir et blanc, souvent en argentique, tombes, nécropoles, cénotaphes et catacombes. À ce jour, ses archives frisent les 200 000 photographies, une somme colossale qui documente une esthétique funéraire. Certaines de ses images, tout comme ses textes, sont publiées dans une dizaine de livres, dont Érotique du cimetière, paru en 1991. L’homme conçoit aussi des urnes et monuments funéraires, dont trois se retrouvent au Père-Lachaise.

À ce jour, André Chabot a participé à quelque 600 expositions dans le monde entier, dont 90 expositions personnelles. Son travail est intégré aux collections photographiques de la Bibliothèque nationale de France, à la Bibliothèque historique de la ville de Paris et à la National Gallery de Prague. Il est aussi cofondateur de l’association La mémoire nécropolitaine.

L'érotisme, c'est...

« Le mot érotisme fait encore peur. L’érotisme a le tort d’être le proche cousin, de frôler la pornographie. Pour moi, la pornographie, c’est tout simple : c’est l’érotisme, mais des autres. Pour moi, il n’y a pas de pornographie. Il n’y a de pornographie que lorsque vous donnez à voir un acte érotique à un spectateur qui est extérieur à la chose. »

 

Le cimetière est un lieu de mensonges. C’est un lieu où on veut vous faire croire qu’il y a quelque chose, alors qu’en fait, il n’y a rien. Il n’y a plus que des os et de la poussière.

 

Oeuvres

Voici une sélection des œuvres de l’artiste. Cliquez sur une image pour la voir en mode plein écran.

Je suis amoureux de ces pierres tombales, de ces femmes que j’essaie toujours de photographier comme si elles étaient vivantes. Pour moi, la photographie dans le cimetière, ce qui m’intéresse, c’est l’ambiguïté. Faire comme si… comme s’il s’agissait d’êtres vivants simplement figés dans un instant.

Quelle œuvre d’art appréciez-vous le plus ?

L’île des morts d’Arnold Böcklin

Quel est votre artiste préféré ?

Caspar David Friedrich

Si vous n’étiez pas artiste, vous seriez...

Jardinier de cimetière

Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout ?

Les interdictions de photographier dans les cimetières.

Avec qui aimeriez-vous prendre un verre ?

Avec un ancien mort pour qu’il me raconte...

Quand je suis rentré pour la première fois pour photographier dans un cimetière, il m’a semblé que le noir et blanc exprimait déjà, d’une certaine façon, un autre monde. Lorsque vous photographiez en couleur, c’est ce que tout le monde voit. C’est très racoleur, très joli, mais il y manque une poésie dramatique.

Lieu de tournage

Paris / France

Rencontre avec l'artiste le 5 mai

Vous savez, l’érotisme, il est aussi dans le regard du voyeur.

Inspirations

  • Quel artiste vous a le plus influencé et pourquoi ?

    Les surréalistes, qui vous transportent dans l'ailleurs.

Voir d'autres carnets d'artistes

UNE EXPÉRIENCE SENSORIELLE À EXPLORER DU BOUT DES DOIGTS