*

La série n'est pas diffusée présentement

Épisode : Désirs secrets

Design

Matteo Cibic

Explorez

Biographie

Né à Parme en 1983, Matteo Cibic est un designer italien reconnu pour être un touche-à-tout. Tout jeune, il baigne déjà dans cet univers, passant ses étés dans le studio de son oncle, l’architecte et designer Aldo Cibic.

Après des études en arts et en design au Kent Institute of Art and Design de Canterbury, il obtient son diplôme en design d’objets de la Politecnico di Milano School of Design, en 2004. En 2006, il joint ensuite les rangs de Fabrica, l’institut créatif affilié à Benetton.

Dès 2001, Matteo Cibic collabore avec différents studios de design à Venise et à Milan, puis, en 2006, il fonde le sien, où il produit différents objets pour des compagnies, des collectionneurs et des institutions. La plus célèbre de ses créations est probablement le Domsaï, ce petit terrarium fabriqué main par des artisans de Venise. Puis, en 2009, l’hyperactif designer ouvre aussi 10 A, une compagnie de vêtements pour homme.

Inspiré par ses visites des quartiers chauds des villes européennes, Matteo Cibic produit ensuite sa collection de bibelots sexuels qui, chacun à leur façon, joue sur la double fonction d’un objet usuel dans lequel se camoufle un objet sexuel. Que l’on pense à la lampe, l’aquarium ou le collier, le ludisme est partout dans la production de l’artiste.

Matteo Cibic a aussi créé Nipple Ceremony, une collection d’objets accompagnée d’une vidéo servant au rituel d’une célébration en l’honneur du mamelon. Son travail a été présenté dans diverses expositions à l’international, dont le Centre Pompidou de Paris, le Shanghai Museum of Glass Museum et le Triennale Design Museum de Milan.

L'érotisme, c'est...

« Le ludisme et l’érotisme, c’est la même chose. Ils font partie du même jeu, non? »

Avec la collection des bibelots sexuels, à l’origine, dans ma tête, je voulais créer une collection d’objets sexuels que ma grand-mère pourrait garder dans sa maison.

Oeuvres

Voici une sélection des œuvres de l’artiste. Cliquez sur une image pour la voir en mode plein écran.

La communication érotique, médiatique, de ma génération, est vraiment vulgaire. J’aime beaucoup les reproductions de scènes érotiques du XVIIe et XVIIIesiècles. Tous ces scénarios qui, d’une certaine façon, formalisaient la chose.

 

Quelle œuvre d’art appréciez-vous le plus ?

Les peintures de Jérôme Bosch

Quel est votre artiste préféré ?

Ces temps-ci, Mika Rottenberg

Si vous n’étiez pas artiste, vous seriez...

Le pape à Rome

Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout ?

Une pile de vaisselle sale dans un évier rempli d’eau froide

Avec qui aimeriez-vous prendre un verre ?

Le scénographe américain Robert Wilson

Nous vivons dans une ère vulgaire, un peu poisseuse… La pornographie est tout à fait coupée de l’univers de l’art. Dans les siècles précédents, il y avait toujours un certain sens de la composition et une intelligence. Mais maintenant, avec la mondialisation et la consommation de masse, le marché n’est vraiment pas raffiné.

 

Lieu de tournage

Milan / Italie

Rencontre avec l'artiste le 27 novembre

Dans notre société, l’odorat est un sens qui n’est pas considéré du tout, parce que c’est intangible, ce n’est pas visuel. Et nous vivons dans un monde très visuel. Je crois que le goût et l’odorat sont des choses que les designers n’ont pas encore explorées. L’art aussi évite la chose. Nous perdons nos sens parce que tout ne concerne que le visuel et le toucher.

 

Inspirations

  • Quel artiste vous a le plus influencé et pourquoi ?

    Matthew Barney parce qu’il crée de complexes et visionnaires atmosphères et cultures dans ses images et ses vidéos, produisant les plus extraordinaires costumes, sons, objets et installations massives.

Voir d'autres carnets d'artistes

UNE EXPÉRIENCE SENSORIELLE À EXPLORER DU BOUT DES DOIGTS