*

La série n'est pas diffusée présentement

Épisode : Éros au futur

Photographie

Pierre Alivon

Explorez

Biographie

Pierre Alivon est un photographe et un artiste plasticien qui vit à Paris. Ce « voyageur du monde » parcourt les capitales de la planète pour réaliser de nombreux reportages photographiques qui donnent une vision personnelle et éclairante de nos vies contemporaines. Ses thèmes de prédilection sont l’urbain et les gens, de même que les perceptions du temps selon les cultures. Jusqu’à ce jour, il a traversé pas moins d’une soixante de pays : Bhoutan, Colombie, Syrie, Jordanie, Iran, Russie, Birmanie, Japon, Chine, Afrique du Sud, etc.

Très attaché à l'héritage du passé et au désir de préserver la mémoire collective, le travail de Pierre Alivon découle de son acquisition de nombreux tirages et négatifs originaux du Paris de la Belle Époque. Dans la trilogie Souvenirs du présent, en retravaillant ces images comme matière première pour ses propres créations photographiques, l’artiste interroge la temporalité par un processus esthétique qui brouille les frontières entre passé, présent et futur.

Dans le prolongement de Souvenirs du présent, la série Lecture du nu s’élabore à partir d’un lot de photos et de cartes postales distribuées aux clients des bordels parisiens du début du XXe siècle. L’artiste intègre des motifs et des tatouages aux images anciennes pour interroger le rapport au corps authentique et à la beauté au fil des époques. En fait, Pierre Alivon souhaite susciter l’imaginaire en présentant deux lectures différentes qui se juxtaposent dans une même image.

L'érotisme, c'est...

« Avant tout, l’érotisme pour moi, c’est la séduction, le charme… Dès qu’on est en contact avec l’autre, on joue sur la séduction. Elle permet aussi de mettre chacun sur la même fréquence. Et tout le monde a une séduction. »

Moi, ce que j’essaie de combattre, c’est une dictature du corps. L’idée que la beauté, c’est un peu la poupée Barbie. Il y a une frustration là-dedans. C’est que les gens ne sont plus authentiques. J’essaie de combattre l’uniformité.

 

Oeuvres

Voici une sélection des œuvres de l’artiste. Cliquez sur une image pour la voir en mode plein écran.

On est dans un monde de jeunisme – il faut être jeune pour être beau. Mais avant tout, aussi, un monde de séduction. On vit dans un monde très sensuel, mais on instrumentalise cette séduction.

Quelle œuvre d’art appréciez-vous le plus ?

Toute la série 1789 de Valerio Adami. J’avais eu, en étant enfant, le catalogue de la Galerie Lelong sur cette exposition et j’avais été subjugué. Ce catalogue ne m’a jamais quitté.

Quel est votre artiste préféré ?

Léonard de Vinci et Pablo Picasso, car ils sont tous deux de talentueux touche-à-tout qui ont anticipé et essayé d’imaginer le monde de demain.

 

Si vous n’étiez pas artiste, vous seriez...

Globe-trotteur. Mais je le suis déjà, je crois. Car je me suis installé à Pékin depuis un mois et j’ai commencé un journal intime photographique que je souhaite pouvoir éditer.

Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout ?

Les mondanités. J’aime rencontrer tout type de personnes et pouvoir discuter librement et en toute franchise.

Avec qui aimeriez-vous prendre un verre ?

Albert Einstein. Il a découvert les espaces-temps et cela me passionne. J’ai aussi travaillé sur les espaces-temps en quelque sorte avec ma série Souvenirs du présent.

On doit pouvoir être libre de montrer ce que l’on est. On doit pouvoir être libre de dire ce que l’on a envie de dire. Moi, je n’ai pas le monopole de la vérité, mais j’ai le droit de me tromper. Tout le monde a le droit de se tromper. Et on vit dans une société où l’on n’a pas le droit de se tromper.

Lieu de tournage

Paris / France

Rencontre avec l'artiste le 25 février

On oublie notre passé, parce qu’on vit dans notre temps et on pense à l’avenir, parce qu’on se projette. Mon travail est plutôt un travail de mémoire, de mémoire collective.

Inspirations

  • Quel artiste vous a le plus influencé et pourquoi ?

    J’essaye d’avoir mon propre parcours en restant libre de toute influence. C’est pour cela qu’on a souvent trouvé que je me renouvelais beaucoup ou qu’on avait parfois du mal à définir mon style. Je crois maintenant, qu’au fil du temps, on perçoit mieux mon style!

Voir d'autres carnets d'artistes

UNE EXPÉRIENCE SENSORIELLE À EXPLORER DU BOUT DES DOIGTS