La série n'est pas diffusée présentement

Épisode : Ode à la beauté

Art numérique

Vanessa Omoregie

Explorez

Biographie

Vanessa Omoregie est une artiste numérique et une auteure dans la jeune vingtaine qui a vécu presque toute sa vie dans le sud de Londres. Elle étudie d’abord l’art et le design à la London University of Arts et obtient, en 2014, un diplôme en promotion et imagerie de la mode à la University for the Creative Arts.

Motivée par le désir d’interroger l’image des femmes dans la cyberculture, Vanessa Omoregie lance son CamGirls Project en 2013, projet participatif dans lequel l’artiste superpose des égoportraits de femmes dénudées aux différentes toiles de nues qui ont marqué l’Histoire de l’art. Ce faisant, elle interroge la place des femmes en art, le rapport à l’image à l’ère des médias sociaux et la réification des corps féminins. Ces mêmes préoccupations sont aussi au fondement du Venus Self Project qu’elle réalise en 2014, où elle se met en scène dans le rôle de la Vénus de Milo.

De façon plus générale, Vanessa Omoregie souhaite redonner aux femmes et aux membres des minorités visibles le plein pouvoir sur leur image corporelle et leur identité, dans l’espace numérique comme dans l’espace social. À ce titre, l’artiste est aussi membre de Bunny Collective, un regroupement d’artistes émergentes qui interrogent les concepts de genre, du corps, de la sexualité et de la technologie.

L'érotisme, c'est...

« Je crois que c’est à propos de l’intimité, mais ça n’a pas nécessairement besoin d’être lié à la sexualité. C’est en fait comment les gens connectent entre eux et comment ils démontrent cette connexion. »

 

Dans l’Histoire de l’art, les hommes peignent les femmes d’une certaine façon. Mais quand ce sont les femmes qui choisissent de s’inscrire elles-mêmes dans l’image de ces peintures, tout à coup, ça devient un problème. Pourquoi? C’est ce que j’ai voulu explorer.

Oeuvres

Voici une sélection des œuvres de l’artiste. Cliquez sur une image pour la voir en mode plein écran.

Je suis féministe. Alors, tout ce que je fais part un peu du féminisme, de ce que je crois. Ce n’est pas tant un désir d’exclure qu’un désir de créer un espace féminin où les femmes peuvent discuter d’elles-mêmes sans avoir à négocier avec l’opinion des hommes.

C’est devenu la norme de se montrer en ligne tout le temps. Il y a là beaucoup à voir avec l’exhibitionnisme et le désir de se faire voir.

Lieu de tournage

Londres / Royaume-Uni

Rencontre avec l'artiste le 2 mai

Prendre une photo de soi-même, c’est un moment très intime. Et capturer ce moment où une femme accepte le fait qu’elle est belle et qu’elle pose pour elle-même, c’est très intéressant.

 

Voir d'autres carnets d'artistes

UNE EXPÉRIENCE SENSORIELLE À EXPLORER DU BOUT DES DOIGTS